Publié le 18 Mai 2008


Voila ce que j'ai trouve sur le net
à propos des gorilles:



Les légendes africaines et les récits d'aventuriers ont fait d'eux des êtres terrifiants, inspirant des œuvres de fiction telles que King Kong .


cliquer ici pour voir un extrait du film gorilles dans le brume

Un film de 1988 avec une de mes actrices préférées Sigourney Weaver. Film documentaire sur la vie de Diane Fossey , primatologue qui a passé sa vie aux cotes des gorilles de montagnes et qui a été assassinée.
film que j'ai vu à la Geode , et qui donne envie de voir ces animaux magnifiques .

dliquer ici pour voir un film sur les gorilles




cliquer ICI pour voir un doc sur les gorilles



J'ai cru à la réputation du gorille jusqu'à ce jour où, me trouvant au jardin des plantes j'ai découvert la délicatesse de ce que je croyais être une brute féroce. Derrière ses barreaux, il a tendu la main et pris une poignée de spaghetti qu'un visiteur lui tendait avec une délicatesse que je n'ai rencontrée chez aucun autre animal. J'étais encore jeune et grâce au gorille j' ai appris a me méfier de la rumeur .....



Je trouve cet animal magnifique, impressionnant. De plus il est très sociable et pas belliqueux pour un sou.
Il est le plus grand de tous les primates homonoidés qui regroupe les singes sans queue dont les humains , je lui trouve beaucoup de similitude avec nos congénères, d'ailleurs ne dit on pas que c'est notre cousin ou encore que l'homme vient du singe??.....



Exclusivement africains ils se classifient en en 2 espèces et 4 sous espèces:

  1. le gorille de l'ouest africain
  • - gorille des plaines de l'ouest
  • -gorille de la rivière Cross

2. le gorille de l'est africain

  • -gorille des montagnes
  • -gorille plaines de l'est.




Bien que j'aime tous ces grands singes ma préférence va au gorille des montagnes (que l'on nomme " dos argenté" quand il atteint l'age adulte), qui possède le pelage le plus soyeux.

La face aplatie, la machoire bien carrée, de petits yeux noirs sous les orbites supérieurs bien marqués, de petites oreilles bien dessinées , un visage glabre, nous voila face à un impressionnant gorille velu de 165CM à 175cm pour les mâles(voire 2M) avec un poids pouvant atteindre les 200KG en liberté et plus de 300kg en captivité grâce à une nourriture plus abondante.
Ses doigts sont au nombre de 5 avec un pouce opposable qui lui permet la préhension, et ses griffes ont été remplacées par des ongles.
Il est doté d'une bonne vue et voit la vie en rose entre autre ..... puisqu'il distingue les couleurs.Son odorat est particulièrement développé puisqu' il peur sentit un homme à un vingtaine de mètres.
La femelle quant à elle est nettement plus petite puisque la moyenne est de 165cm pour 100kg.
Elle donne naissance,vers l' age de 10 ans, après s'être accouplée au mâle dominant du groupe à un seul petit après une durée de gestation de 250 à 270J .
Si par malheur des jumeaux naissent, l'un ou les deux mourront car cette mère est incapable de s'occuper de 2 petits à la fois.Il lui faudra attendre 4 ans avant d'avoir un nouveau né .




Il utilise environ 25 signaux sonores complétés de mimiques.

L'envergure de ses bras dépassent largement leur taille puisqu'ils mesurent environ 275cm.
lls se déplacent sur 4 pattes en s'appuyant sur les 4 phalanges de leur main et non sur la paume comme beaucoup d'animaux.
leur poids est un handicap pour être à l'aise dans les arbres aussi ils restent la plupart du temps à terre.

Une fois n'est pas coutume, je vais pousser l'anatomie un peu plus loin et peut être vous étonner en disant que la longueur de leur pénis en érection est de 5cm.
Il est quasiment le seul animal à s'accoupler dans une position"ventro ventral". Le mâle est peu empressé de faire des avances aux femelles du clan , se sont elles qui en prennent le plus souvent l'initiative.



Le gorille du point de vue génétique est après le bonobo et le chimpanzé, l’animal le plus proche de l’humain. Cette parenté a été confirmée par les similitudes entre les chromosomes et les groupes sanguins. Notre génome ne diffère que de 2 % de celui du gorille.


Cet animal très proche de l'homme est considéré comme très intelligent.

Le groupe vit en harem qui se compose d'un ou deux mâles dominants , les femelles ne sont pas socialement très proches les unes des autres mais le lien qui les unit au mâle dominant crée une sorte d'unité dans le groupe.

Il apprend très vite et il a su s'adapter très facilement à la présence de touristes dans son habitat naturel qui est très lucrative et permet la sauvegarde de son espèce. Est il utile de vous dire que j'ai en projet d'aller un jour leur rendre une petite visite .

Je lance donc un appel :'qui veut venir avec moi ???

Arrivés à l'age adulte les "jeunes "quittent le groupe natal pour s'intégrer ou former un autre groupe.

Quand 2 mâles se rencontrent, l'affrontement se limite généralement en une parade d'intimidation qui est la même qu'il emploie face a l'homme:

  • le gorille s'assoit, émet une série de grognements
  • se lève, arrache une poignée d'herbe qu'il lance en l'air
  • se frappe la poitrine avec force de la paume de la main (pour ne pas se blesser)
  • si l'adversaire n'est pas impressionné, à ce moment il charge en rugissant et en détruisant tout sur son passage
  • puis il s'arrête brusquement en tapant rageusement le sol de sa paume de la main
Point final de la première phase d'intimidation
  • une période de calme s'installe entre les deux protagonistes qui s'affrontent du regard
En principe les 2 mâles en reste là sans qu'aucun n'ait baissé les yeux.
Mais si le mâle solitaire veut en découdre un combat sanglant s'engage entre eux dont l'issue est souvent fatale. Le jeune peut ainsi prendre la place du dominant dans le clan, mais il tue les jeunes, seul moyen d'assurer sa descendance.





Diurne ils vivent au sol dans la région des grands lacs africain , au Rwanda, République du Congo, Ouganda où ils sont regroupés dans des parcs, unique moyen de les protéger dans la nature.On les trouve jusqu'à 3400m d'altitude.




La journée s'organise dès le matin par la cueillette de baies, fruits, feuilles, bourgeons( 150 variétés différentes) suivie d'une sieste prenant 2 à 4H à midi, et à cette occasion ils en profite pour faire leur toilette. L'après midi est aussi consacré à la cueillette pour une nuit de repos, dont l'emplacement est choisit par le chef, dans un nid de feuillages au sol renouvelé chaque jour. Leur territoire s'étend généralement entre 5 et 40 km 2.



Il ne boit pas d'eau la trouvant en quantité suffisante dans son alimentation quotidienne mais en plus il déteste le contact avec celle -ci au point d'assembler des troncs d'arbres pour en faire des gués si il doit passer d'une rive a l'autre d'un cours d'eau.


Le gorille des montagnes est le plus menacé des gorilles, sa disparition est notamment due à :
  • Destruction de son habitat ;
  • Chasse illégale pour sa viande ;
  • Croyances fétichistes (pouvoir attribué à son crâne, ses os, ses mains) ;
  • Contrebande de bébés gorilles.

À cela, s'ajoute l'apparition de la fièvre hémorragique due au virus Ebola et d'autres pathologies. Depuis novembre 2000 au Congo-Brazzaville et au Gabon, l'apparition du virus Ebola a fait plusieurs centaines de victimes parmi les grands singes.

Les dernières estimations font part de la disparition de près de 5 000 gorilles suite à cette épidémie.
On ressence 600 individus de dos argentés.



On peut adopter un gorille, je vais y réfléchir!


cliquer ICI pour voir un autre doc





















Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #DOCUMENTAIRES

Repost 0

Publié le 10 Mai 2008

trouvé sur le net:




Porte-avions Charles de Gaulle :
Caractéristiques principales

Dimensions
Longueur h.t. : 261,5 m
Largeur : 64,36 m
Déplacement : 40 600 t (pc)
Déplac. moyen : 39 000 t

Mobilité
2 chaudières K15 (baptisées "Adyton" et "Xena"). En temps normal, ces réacteurs fournissent assez de vapeur pour assurer la propulsion du bateau, alimenter ses deux catapultes et produire l'électricité du bord. A terre, ils seraient suffisants pour alimenter en électricité une ville de 100.000 habitants.
2 groupes turbo-réducteur
2 lignes d'arbres
Vitesse maxi : 27 nd
(26 nd en catapultage)
(20 nd sur 1 ligne d'arbres)
4 turbo-altern. (4 000 kw)
4 diésels altern. (1100 kw)

Système de combat
Radars (26 D, J11B, V15C, Arabel, Racal)
Veille infrarouge VMB
Arbr 21, BB 33
Sagaie (4 affûts)
Saam (32 missiles Aster)
Senit 8 (L16, L11)
Transmissions (Satellites, HF, MF, LF, VLF, V/UHF)
SNI (Minicin, GPS)
4 mitrailleuses de 12,7

Aviation
L. piste oblique = 194,5 m
2 catapultes de 75 mètres
3 brins d'arrêt
Satrap (Tranquilisation)
2 ascenseurs ( 36 t)
40 aéronefs ( Rafale, SEM, E2C, hélicoptères)

Personnel
1 950 personnes (+ 800 personnes en transport de troupes)

Le système de combat

Le Système de Défense et de Commandement assure les fonctions de veille, d'identification, d'évaluation de la menace, de la planification et de la mise en oeuvre des armes. Pour cela, il dispose d'un ensemble de capteurs radars de veille à courte et moyenne distance, portant jusqu'à 100 nautiques, veille infrarouge pour l'autodéfense dans l'environnement immédiat des 10 nautiques, détecteurs d'émissions radar ou radio. Les armes d'autodéfense mettent en oeuvre des contre-mesures dans la guerre électronique, mais aussi des missiles, en particulier le SAAM, système d'armes antimissiles dont le Charles de Gaulle sera le premier doté, ou le Sadral, à très courte portée. Des brouilleurs et des leurres permettent de tromper l'ennemi. Le SENIT, Système d'Exploitation Navale des Informations Tactiques, reçoit ses informations non seulement du porte-avions mais aussi de tous les bâtiments et avions du groupe aéronaval, en temps réel. Il permet ainsi de visualiser et d'évaluer la menace, de contrôler les moyens et de planifier l'emploi des armes. Pouvant traiter 2 000 pistes en temps réel, il conserve pendant les 45 jours d'autonomie 95 % de son efficacité sans aucune opération de maintenance. Les 8 calculateurs redondés et les 25 consoles d'exploitation dotées d'écrans à très haute définition et d'une puissance de traitement adaptée à celle des calculateurs assurent une considérable aide au commandement pour la prise de décisions. Le SENIT traite les informations que le porte-avions reçoit par satellite, avions de guet (Hawkeye) ou par ses propres senseurs (radars). Il établit ensuite une situation tactique qui lui permet de préparer les missions aviation ou de mettre en oeuvre son système d'autodéfense.

Satrap et le Cogite

Le Satrap, Système Automatique de TRAnquilisation et de Pilotage, doit permettre de mettre en oeuvre des avions de 20 tonnes par mer de force 5 et 6. Le Clemenceau et le Foch avaient été étudiés pour l'emploi d'appareils de 12 tonnes par mer force 3 à 4. Le Satrap est au coeur du dispositif: il pilote le bateau, stabilise le roulis dans une fourchette de + ou - 3° , compense les mouvements de lacet au niveau des brins d'appontage et compense la gîte, engendrée par une giration, du vent transversal ou des mouvements transversaux d'appareils, lors de leur sortie du hangar vers le pont d'envol.

Il est composé d'un calculateur central qui donne des instructions aux actionneurs. Les actionneurs comportent une série de 4 automates pour l'appareil à gouverner, trois automates pour Cogite et un automate pour chaque des 4 ailerons de la stabilisation. L'appareil à gouverner qui sert au pilotage et à la compensation des mouvements de lacet comporte deux safrans.

Si les quatre stabilisateurs actifs sont d'une technologie éprouvée pour la compensation du roulis, le système de compensation de gîte (Cogite) est, par contre, tout à fait novateur, 12 trains de 22 tonnes chacun, composés de wagonnets sur rails, sont déplacés par des câbles tirés par des treuils, sur le pont de la deuxième galerie. Ainsi, par leurs jeux réciproques, ils compensent la gîte, jusqu'à la rendre totalement négligeable, puisqu'inférieure à 3°. La stabilisation du PAN a été prévue de telle manière qu'il puisse continuer à mettre en oeuvre, mème avec trois tranches noyées. En situation d'extrème péril, le Charles de Gaulle est encore capable de frapper très durement l'adversaire.

Les transmissions

Le porte-avions doit pouvoir communiquer en toute sécurité et en temps réel avec les autorités nationales, les forces alliées, les avions, les autres navires du groupe aéronaval, les troupes à terre si besoin est. Trois systèmes de communication par satellites, Inmarsat, Fleetsacom et Syracuse assurent la liaison avec le commandement national ou allié : 50 liaisons simultanées et la délivrance de 2000 messages quotidiens sont ainsi garanties. A cela s'ajoute l'aide à la navigation par des moyens de radio-navigation, Navstar et Loran, et un système inertiel autonome. Les communications internes, enfin, sont particulièrement soignées le "Système de Grande Diffusion" par fibres optiques permet de transmettre toutes les informations souhaitées. Ainsi, le Charles de Gaulle couvre la gamme entière des systèmes en service non seulement dans l'armée française, mais aussi au sein de l'OTAN, ce qui le rend efficace dans toutes les configurations de missions.

Les installations de décollage
Il s'agit, en moins de 100 mètres, d'amener l'appareil à une vitesse telle qu'il puisse décoller sans risque. L'essentiel de l'accélération est assuré par la catapulte, qui, en 75 mètres, propulse un appareil pesant 20 tonnes à une vitesse de 150 noeuds, soit environ 275 km/heure. Les deux catapultes, du type Cl 3-3, sont constituées chacune de deux lignes de cylindres dans lesquelles est injectée de la vapeur sous pression, qui met en mouvement deux pistons reliés au chariot d'entraînement de l'avion. Le "hold back" retient l'avion quand il met plein gaz et casse lorsque l'ouverture de la vanne de lancement donne à l'appareil la poussée complémentaire permettant le catapultage. L'alimentation en vapeur vient d'un réservoir tampon, réalimenté automatiquement après chaque lancement à partir du circuit secondaire des chaufferies nucléaires. Le mécanisme de lancement est constitué par deux lignes de 20 cylindres, un ensemble mobile qui, par un jeu de pistons, anime le chariot de lancement. Le tout se déclenche lorsque l'on ouvre la vanne d'admission vapeur. Mais, il faut aussi que le chariot s'arrête en bout de course c'est pourquoi il est doté de freins hydrauliques à film d'eau, capables d'arrêter en quelques mètres l'ensemble mobile qui, pesant 3 tonnes, atteint en fin de course une vitesse propre tout à fait importante. Un ensemble de matèriels hydrauliques permet le "tensionnement" de l'avion avant catapultage, la remise en position de l'ensemble mobile, tout en alimentant un déflecteur de jet refroidi à l'eau de mer, car on imagine les températures atteintes en cours d'opération.

L'appontage
Si au décollage il faut assurer une vitesse maximum dans le minimum d'espace, et donc de temps, à l'appontage il s'agit d'arrêter le plus rapidement et le plus sûrement possible un avion qui se présente à une vitesse d'environ 140 noeuds ou 270 km/h nécessaire pour pouvoir redécoller s'il en était besoin. Le système retenu est, très classiquement, celui de la crosse rétractable, située à l'arrière de l'appareil qui accroche un câble tendu à une dizaine de centimètres au dessus de la piste. Ce câble, appelé très ironiquement "brin", est relié par des poulies de renvoi à une presse hydraulique située sous le pont d'envol. La piste est dotée de trois dispositifs d'arrêt, afin de garantir une très forte chance de saisie par la crosse. Pour faciliter la manoeuvre, Si le pilote doit remettre les gaz, afin de faire une nouvelle présentation, la piste d'appontage est disposée obliquement par rapport à l'axe du bâtiment.

Le garage et la manutention des aéronefs
Le hangar aviation a une superficie de 4 500 m2. il est susceptible d'abriter 20 appareils. Pour transférer les avions du hangar au pont d'envol, ou en sens inverse, on dispose de deux ascenseurs fabriqués par la société américaine Jere Brown Brothers. Manoeuvrèe par vérin hydraulique, leur plateforme fait 200 m2 et a une charge utile de 36 tonnes. L'entretien courant et la réparation éventuelle des appareils sont realisés dans le hangar et pour les pièces, dans une vingtaine d'ateliers Spécialisés : les réacteurs et leur banc d'essai, ateliers hydrauliques, batteries, roues, crosses, mais aussi sièges éjectables, parachutes, radar, radio etc... Ainsi, des techniciens de haut niveau, dotés d'appareillages performants sont capables de répondre instantanément à la majeure partie des problèmes qui se posent.


Vous l'aurez deviné j'aime les porte-avions, et ce, depuis toujours.
Je me souviens quand j'étais enfant il y avait des images à collectionner dans les tablettes de chocolat "poulain" .
Sous certaines conditions
, on pouvait obtenir des cadeaux et j'avais commandé un porte-avion.
Ce monstre en carton , après l'avoir fait monter par mon père , me faisait rêver, moi qui n'avais jamais vu la mer, moi qui avait peur de me noyer quand mémère Pauline m'emmenait chercher les pissenlits dans les prés inondés..... déjà toute petite j'étais pleine de contradictions....
c'est impressionnant de beauté , de taille, d'outillage, de performances, de précisons, enfin de tout...tout est impressionnant sur un porte avion et j'espère que vous serez vous aussi ému par ces caractéristiques. Mon rêve: y passer quelques jours en pleine mer, bien sur en voyant des baleines.....

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #DOCUMENTAIRES

Repost 0