famille

Publié le 19 Juin 2021


Pour la seconde fois cette année , la famille est réunie .Cette fois c'est pour fêter le départ de Rémi, venu de Colombie il y a 3 ans pour une mission qui s'achève et qui nous a permis de le connaitre un peu plus.
Cette journée spéciale Remi a commencé par la célébration d'une messe.



Olivier sonne les cloches pour annoncer la messe avec beaucoup d'enthousiasme .

©g jm











©g jm
Maman a tenu à faire une fête .C'est que son Rémi c'est pas rien,

6 petites années les séparent mais beaucoup d'affection les réuni.


©g jm

La messe célébrée dans "la petite chapelle"comme il se plait à dire est celle ou il a reçu les premiers sacrements il y a 65 ans, celle qui a vu des mariages heureux , des baptêmes joyeux mais aussi des cérémonies beaucoup moins gaies.

©g jm

La" famille Jean- paul" avait écrit, composé et chanté une chanson pour notre cousin dont voici les paroles:
©g jm

REMI
  • Dans son pays plein de soleil
  • A Cartago en Colombie
  • Le Père Rémi s'emerveille
  • Quand Gabriel soudain lui dit

refrain


Voudrais-tu Rémi en France un peu séjourner
Dans une paroisse non loin de la Savatte ou tu es né?
Veux tu Rénato à Mer ou àigny
Etre guide spirituel, le veux-tu Rémi?


  • Il a dit oui de tout son coeur
  • A l'ange qui était venu
  • Lui annoncer qu'en Loir et Cher
  • Rénato serait le bienvenu


refrain

  • On ne se connaissait pas bien
  • De parler nous a tant appris
  • Ce court passage parmi les tiens
  • Aura bien éclairé nos vies

refrain

  • Trois ans de bonheur partagé
  • Entre la France et l'Italie
  • Autant de souvenirs gravés
  • Et pour toujours dans nos esprits


refrain

  • Mais ta mission touche à sa fin
  • Cartago aimerait aussi
  • Que tu poursuives ton sacerdoce
  • Dans les montagnes de Colombie



  • Voudrais-tu Rémi dans ton sud retourner
  • Dans une église bien loin de la Savatte ou tu es né?
  • Veux-tu Rénato l'Evangile continuer
  • Loin de Gny joli, le veux-tu Rémi?
  • Veux-tu Rénato continuer ta vocation
  • Loin de tes petits sabots et de la famille Salmon
  • Veux-tu Rénato loin de Gany joli
  • Regagner ton paradis, le veux-tu Rémi?
  • Le veux-tu Rémi?

(Remi ,né en France a pris Rénato comme prénom quand il est parti vivre en Italie)
Elle est très touchante et réaliste cette chanson, mais quand on connait JP et ses femmes( en tout honneur, Sa femme et sa fille), on ne peut qu'apprécier la délicatesse des paroles.


Ce fut une fois de plus une messe fort émouvante , chacun s'efforçant de cacher tant bien que mal le chagrin annoncé de la dernière messe varignacoise( c'est ainsi que se nomment les habitants de ggny).

©g jm


Caroline ma cousine lit un texte


 cousine Danielle, et Maria ma cousine italienne

©g jm

Renato et Manuella




Pour la 2° fois cette année nous avons réquisitionné la salle des fêtes, dont la déco sommaire a été réalisée par maman, ELO,Olivier. moi je n'ai jamais le temps , je vais toujours chercher à NS les commandes....




Vous l'avez reconnu c'est Olivier , toujours beau mais pour la circonstance encore plus beau .

les amoureux


Mon cousin Sergio et sa femme Maria venus d'Italie

©g jm

Papa, ma Tante Rolande et Maria




Tonton Raymond, Remi, maman et Maria


Ma cousine Sylvie et son amoureux


Au premier plan, cousine Danielle

Pierre , le mari de Danielle

Maman avait préparé un discours très émouvant





Jean- Paul et Françoise au moins 35 ans d'amour!




Et oui, ils sont revenus "les sonneurs nérondais "pour le plus grand plaisir de Rémi qui tenait à apprendre la bourrée. Si un jour vous apprenez avec étonnement que les colombiens dansent la bourrée berrichonne, vous saurez Qui l'a introduite au pays de la coca.







J e crois que c'est la 1° fois que Michel danse avec Elo, en tout cas avec moi je n'ai pas de souvenirs. Je ne sais pas danser, même un slow, c'est limite, mais je me suis mise à la bourrée croisée :ultra simple.




















La famille italienne( une partie solo)





L e matin, Jean-Paul m'aide à la plonge !!........ heureusement qu'il était là, on s'entend bien tous les 2 et c'est un plaisir que de faire la vaisselle avec lui.
Qu'est ce qu'on a rigolé pendant la fête .



DIMANCHE 16 SEPTEMBRE

Nous nous sommes presque tous retrouvé au restaurant à Sancerre



La belle Manuella en compagnie de son mari Rénato mon cousin et Eloa





Marco le plus jeune fils de Sergio et Maria



Magali la fille de JP et Françoise, et au loin Sergio



Poursuite de l'après midi aux caves de la Perriere




L es fonds baptismaux

Le Père


Le Fils


Peut être le saint esprit ??.......................






Françoise et Michel , c'est sur

la tablée familliale









ça c'est mon sac et mon canon de rouge, gentiment offert par Jean-Marc, le mari de ma cousine Nathalie;

vous l'avez compris je ne cours pas après le vin blanc, surtout quand il y a du fromage à manger avec.



Tiens, ben le voila Jean -Marc

Il faut bien repartir, et même si tout le monde rit c'est juste parce que tout le monde est heureux





Lundi 17

De retour chez nous les 2 frères italiens sont réunis pour peu de temps









Départ pour Roma de Maria serge et Marco






Mardi 18 SEPTEMBRE



C
'est un peu avant l'ouverture de l'enregistrement que Rémi et moi arrivons au Terminal "Air France" de Roissy ce mardi matin . 





Dans quelques heures notre Rémi retrouvera les siens ....
en me rappelant que nous nous reverrons en Colombie!
D'ailleurs nous ne nous sommes pas dit: "ADIEU".












Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 28 Septembre 2019

 
© g jm

Mon papa dans sa maison a Garigny, maison qui l'a vu naître




quasiment au même endroit 22 ans plus tôt avec Eloa



© g jm

Eloa et ma maman.

 

Elo 20 ans plus tôt assise sur les mêmes marches que la photo ci-dessus avec son arrière grand père, de quoi avoir de vrais souvenirs




Papa et Maurice son frèreainé
déjà assis sur les mêmes marches quelques 65 ans plus tôt..
Il faut dire que cette maison est une vraie maison familiale .


Elo et ses arrières grands parents assis confortablement ............à coté des marches



Le château de Doys


Le château de Doys





Un après midi bowling.......




les chevaux , futurs champions pour certains
car se sont de vrais chevaux de course issus de champions, certaines juments ont couru à Vincennes qui est le summum de la réussite pour un éleveur .

 

JUSTIN un des animaux que je préfère





Nous aimons chiner dans les brocantes et cette années
j'ai trouvé une magnifique chaise de bébé des années 1925 pas trop chère que j'ai vue sur une autre brocante à un prix astronomique !!.
un petit rocking chair d'enfant, ah non!!
c'est pas celui la sur cette photo.. ça c'est une petite chaise d'enfant.

 

Le voila, bien sur il y a du boulot .


Un landau et une poupée. Confidencej'espèrequ'Elo n'aura que des filles car j'ai déjà une cargaison de poupées chinées à droite à gauche.




Ma maman




mes parents à l'église de Garigny.




Et voila, les vacances se terminent
il faut bien se dire à l'année prochaine qui verra une nouvelle habitation ou nous pourrons venir quand bon nous semble .
On y est bien à la campagne pour y faire du vélo,
voir la nature, mais pour les activités sportives, les courses, le shopping que j'adore en bonne parisienne que je suis, les spectacles, rien n'égale PARIS..............................................
comme J Baker je dis que j'ai 2 amours Garigny et Paris....irremplaçable Paris.
Je suis allée rendre visite à ma Marie,
une amie d'enfance qui habite Nevers et je me suis demandée ce que je ferais toute la journée dans une ville comme Nevers ??
elle à une maison c'est déjà plus grand qu'un appartement ,
mais si je transposais le mien la bas???
comment je ferais pour aller à mon club Med gym, ma piscine, mes magasins, mes potes, mes habitudes ..............Ma fille!!!!
Ma vie!!!.....

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 13 Septembre 2019


E loa est à l'initiative de cette magnifique idée qui avait été dans un premier temps reportée , pour finalement être annulée par les intéressés eux_même.
Mais ça , c'était sans compter sur l'amour que porte Eloa à ses grands-parents ; c'est ainsi qu'elle a organisé en secret "les noces d'or" de mes parents , avec la complicité de Jean-paul , Françoise ainsi que Rémi , puis la notre également.
Cartons d'invitation , voile , bouquet de fleurs , décoration , rien n'a été laissé au hasard ..... ça c'est bien Elo.
Il a fallu aussi trouver un moyen sur de faire venir mes parents a Garigny sans éveiller les soupçons .
Toute la famille réunie ce samedi 31 Mars dans l'église de notre village, nous arrivons ELOA , Olivier son amoureux , ma mère et son amoureux puis moi et mon amoureux devant la petite église ou en 1955 mes parents se sont promis de s'aimer toute leur vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 14 Septembre 2018


De l'autre cote du grillage les chats sont très gros et tout blanc...





........... avec des cornes, Il y en a un que tout le monde appelle: un taureau






un autre : vache
et son boudis qui est aveugle




j'adore avoir les vaches dans le pré, petit inconvénient.............les mouches!!....
mais il y a pire quand même.
*

LA FÊTE DES ÂNES


Comme chaque 2° dimanche d'AoutGarigny fête depuis plus de 30 ans les ânes.
j'ai inauguré la première fête en 76 , j'espère que je n'ai pas participe à la clôture de cette journée festive qui reste la seule de l'année dans mon village. Avant il y avait les échaudes en juin avec course cycliste, manège, parquet, stand de tir, baraques foraines , une vrai fête bien que modeste; puis la StLucétait autant attendue dans le canton, tout le monde venait y faire un tour,on s'y amusait bien, tout du moins on y rencontrait des connaissances de "tout poil".
Aujourd'hui il subsiste cette journée qui couronne les ânes c'est une de mes bêtespréférées ,mais
je me demande pourquoi cette fête est encore au programme ??....




Elle se tient dans la cour du château e marquis met à disposition son château et j'ai fais ma révolution toute seule en allant me présenter au marquis qui aurait du être le maire mais il a cède sa place!!
Il est bien sympathique , je l'ai trouvé grignotant un merguez frites .... le 14 juillet est passé par la!


Vous l'aurez deviné c'est un tiercé , les montures sont des ânes et les cavaliers n'ont qu'a bien se tenir.













Têtu comme un âne dit le dicton!! en fait ces animaux sont dune 'intelligence beaucoup plus affûtée que le cheval... et quand un âne refuse d'obéir c'est en général qu'il y a danger ..... enfin pour lui.

Voila 2 soeurettes qui sont a la fête :ma maman et une de ses 2 soeurs , vous savez bien que l'autre est en italie..


SUITE DEMAIN

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 31 Juillet 2014

Voila un bon mois que je n'ai pas eu le temps de passer un petit moment avec vous, débordée par une multitude d'activités qui me prennent pas mal de temps et qui me tiennent éloignée de mon blog, mais aujourd hui il m'est arrivé une chose qui m'a tellement surprise que je veux la partager avec vous .
Je me rend après ma séance de musculation(parfois c'est dur!!!) à la FNAC pour y chercher un cadeau ,
banal jusqu'ici me direz vous puisque tout le monde en ce moment se donne rendez-vous aux mêmes endroits,
sauf que moi ça n'est pas un cadeau de Noël mais d'anniversaire que je cherchais ... bon enfin je prend mes BD et fais un tour dans mes rayons préférés .
Je regarde les couvertures de bouquins en me disant que celui là me plairait bien et puis celui-ci aussi et puis plein d'autres !!!....
Tiens celui-là pour Michel, ah!! ... et puis celui-là pour mes parents, quand mes yeux se posent sur un ouvrage dont la photo du haut non seulement me plaît mais me donne 
une impression de plénitude , de me sentir chez moi,
je m'interroge???? je regarde d'un peu plus près   hum..........mais là on dirait bien la maison de mes grands-parents (aujourd'hui la maison de mes parents),
et cette porte immense c'est sans nulle doute celle de la boulangerie, je ne peux l'oublier j'avais 3/4 ans c'était ma première sortie seule sous la haute surveillance maternelle et grand- maternelle à la boulangerie quand en passant devant la porte un coup de vent l'a ouverte et m'a renversée!!!!....
"zavez" bien vu la taille de la porte  !!!
Et puis en haut la route à droite qui mène à la grange,
la petite maison qui fait le coin....
mais c'est sûr c'est  mon village .
Je cherche la légende ... introuvable..mais c'est sûr c'est mon village!
quelques interrogations sur les mariés????
où se trouve ma famille sur cette photo ?? (photo de 1882 sans certitude).
Quand je vous disais qu'il était beau mon village !!
j'ai bien sûr acheté 2 exemplaires , un pour mes parents et un pour moi: charité bien ordonnée...il n'y en avait que 2 mais cette semaine j'y retourne pour un cadeau à envoyer en sud america .



 

Voici la photo du mariage de mes parents
ou l'on voit bien que c'est
le même lieu...

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 1 Janvier 2013


 

Voila  mon village,
au fond on y aperçoit les collines de Pougues les eaux.La route qui continue l'ilot central
en direction de Pougues nous conduit a Nevers,
et sur la gauche on aperçoit un dernier grand bâtiment perpendiculaire a la route ,
c'est la grange.
Quant a la maison de mes parents, il faut se positionner à coté de la grange et entrer dans le village, donc du fond de la carte, suivre la route jusqu'à l'intersection et on arrive juste en face de la maison familiale.



un" quartier" porte notre nom dans ma petite commune
qui a bercé plusieurs générations.

 

La maison familiale avec mémé .




grands parents paternels avec leurs 2 premiers enfants, Maurice et mon père a droite dans les années 34/35 .





 

le 22 octobre 1955 mariage de mes parents.

 

Et oui c'est moi !!!
sur la Vespa de papa qui travaillait a
L' ACMA Fourchambault comme essayeur.


 

un des derniers anniversaire de mémé.

Elle était heureuse d'avoir un cadeau!!




 

En 86 pépé avec ELOA.

 

en 87 avec ELO.


 

pépé et mon père.

 

Mon père conduit le cheval suivi par son père tandis que Jean François le petit dernier se tient sur la charrette.

 



 

C 'est un petit village posé confidentiellement dans la campagne berrichonne du Cher.
On y est à une bonne vingtaine de km de NEVERS, ville qui m'accueillit pendant mon enfance et mon adolescence.
J'en suis partie en 72 pour Paris,  heureuse mais en même temps le cœur gros
car j'y laissais tous mes  souvenirs .
Je n'ai jamais abandonné cette région qui a bercé plusieurs générations familiales aussi bien
maternelles et paternelles.
Une bonne partie de ma famille est restée sur place.
Coucou Jean Paul, Françoise, Maga, Rolande, Nathalie,Manon, tonton Raymond, tata Raymonde ainsi que tous les autres que je n'oublie pas.
Avant je connaissais tout le monde dans mon village
 mais c'etait AVANT!!
pépé avec sa 'cibiche' de tabac gris roulée dans du papier 'job'.
 

 

Mon grand -père paternel était "garde champêtre", il y a bien longtemps car il aurait 105 ans aujourd'hui, et tandis qu'il s'amusait un jour à me demander si je connaissais la signification des 2 lettres brodées sur le devant de sa casquette "GC",
ma grand-mère en guise de mécontentement a haussé les épaules . Du haut de mes 8 ans , je lui signifie que je n'en avais aucune idée, et c'est tout bas qu'il me confie en souriant, car il avait de l'humour mon pépé; ça veut dire: "Grand Con" on a bien ri tous les 2.
je l'ai souvent suivi mon grand-père, quand j' étais en vacances.
Un jour j'étais allée le retrouver alors qu'il travaillait à empierrer un chemin de terre
avec Camille pris en renfort pour la besogne,
je les ai aidés et après il m'appelait parfois gentiment avec un air complice "le commis".
Il se plaisait à surnommer chacun, chacune
c' est ainsi que je faisais la différence entre " galope pernod", et "galope chopine",
la Milienne la femme de Milien,
ou encore Mamane que je croise plusieurs fois par jour quand j'y vais mais lui ne sait pas que mon grand-père le surnommait ainsi et que pour moi son surnom est resté , Panette etc...

Mais le surnom qui me plaisait le plus était "la biganette",
je ne sais pas ce que signifiait ce surnom
mais il collait bien à celle qui se prénommait Lucie,
une vieille femme ridée,
que je soupçonnais avoir été fort belle dans sa jeunesse et qui avait une poigne .....
une fermière, une vraie, qui avait maille à partir avec ses hommes
qui buvaient à la ferme.................
elle, qui avait, il y a 28 ans, en croyant que c'était ma fille, frotté un oeuf de poule tout frais pondu,
dans le creux de la minuscule main de ma cousine Emilie,
en me certifiant que ça lui porterait bonheur.
J'aimais aller voir cette vieille femme,
j'aimais pousser cette lourde porte qui laissait découvrir une grande pièce à vivre avec la table de ferme,
ses bancs qui étaient une invitation à s'asseoir,
une comtoise qui rappelait à l'ordre parfois,
le poêle à bois qui chauffait la maisonnée pendant nos hivers rudes,
la maie de laquelle la Biganette" sortait une miche de pain que ma grand mère m'envoyait chercher en dépannage, quand il en manquait à la boulangerie.
Derrière, dans la pièce fraiche étaient entreposées les denrées alimentaires dont les œufs tous frais que je venais chercher souvent .

 

Quand l'occasion se présentait, en cachette de ma grand mère, enfin je ne sais plus très bien si on lui disait après ou pas du tout? car la première fois elle était outrée.... j'allais retrouver mon grand-père au cimetière quand il faisait les relevés de tombes.
 

 

mémé au jardin.

 

Ce que j'aime au travers des gens de la campagne c'est cette approche de la vie telle qu'elle est, sans se poser mille et une questions et encore une autre
pour savoir si ça va vous traumatiser ou pas .....
la vie est une succession d'évènements qu'il faut prendre tels qu'ils arrivent, et je crois que mes grands-parents avaient cette philososphie de la vie
et je les trouvais rassurants.
Bon,
revenons à Pépé, je le regardais descendre dans la tombe et me raconter la vie de ces ossements,
je me souviens d'une petite fille morte du "croupe"
comme il disait, elle devait avoir 4 ans , elle avait été enterrée avec une peluche . Ce qui me fascinait c'était les bijoux en or qu'il ressortait, intact.... j'aurais aimé qu'il ne les remette pas à la famille et me les donne, mais je n'aurais jamais osé lui demander, et, quand bien même je m'y serais hasardée , je me heurtais à un refus catégorique, c'était certain.

 

Il n'y avait jamais personne dans ces moments là,
mais un jour j'y ai trouvé Max.
Max était un de ces types que l'on dirait simple d'esprit, il a voulu à tout prix me lire les lignes de la main , moi qui avais 14/15 ans ,
seules les lignes de chance et d'amour m'intéressaient,
j'avais un amoureux et j'aurai aimé savoir si j'allais, selon mon souhait le garder toute ma vie ... J'ai uniquement retenu que je mourrais vers 73 -74 ans et que vers 40 ans j'aurai une grave maladie.................................peut être pas si fou que ça.......... MAX finalement.
Mais pour ce qui est de l' âge de ma mort,
c'était sans compter , bien sûr, sur les énormes progrès de la médecine.
 

 


 

 

Il avait des lapins, mon pépé, qu'il tuait sous mes yeux, d'un coup.......... du lapin,
ça me faisait mal pour le pauvre petit lapin que j'avais regardé sauté, tournoyé dans le clapier mais pour me rassurer je me disais qu' après tout je n'y pouvais rien et grand-mère le cuisinait si bien ....
Il m'amusait beaucoup quand
tout heureux,
il nous annonçait la naissance d'une nouvelle portée, d'un ton quasi solennel:
........."ça y est, je suis grand père!"....
c'est dire s'il les aimait ses lapins, mais ça n'est pas pour autant que je considérais que j'avais enfin des frères et sœurs que j'aurais tant aimer avoir,
et ma grand mère se contentait, comme souvent en guise de mécontentement en levant les yeux au ciel....d'un haussement d'épaules.
Ma grande interrogation à ce moment précis, avant que je comprenne que c'était de l'humour,était de savoir s'il me considérait ni plus ni moins comme ces petites bêtes.............



 

"Une oie" parmi les dindes ..................
c'est moi à Vauvrille,
une ferme que mon grand -père et moi
rejoignions à vélo
pour
y ramener le fromage blanc
dans le bocal

.


 

Et nos folles virées à vélo pour aller chercher le fromage blanc dans les fermes,
ou le poulet
qui ferait office de dinde pour Noël.
Quand il y avait trop de neige pour prendre le vélo on devait y aller à " pinces"....

 

mon 2° mini vélo.

 

Mon pépé disait ''va voir ta m'man'' en parlant de ma grand mère,
et il se reprenait en disant :" t'es ben un peu nout' fille!"
et ma mémé d'acquiescer,
j'adorais ces instants chargés d'émotion.
Que de bons souvenirs avec ces grands- parents là.




 

mes grands-parents maternels a la Savatte, une ferme isolée à 1KM .

 

Il y avait les parents de maman dans le même village.
Quand j'ai su que mémère Pauline était gravement malade et que
jamais plus je ne la reverrai chez elle,
j'ai voulu transgresser les règles
qui interdisaient les visites aux malades, aux enfants de moins de 15 ans dans les hôpitaux; j'avais 13 ans et je n'ai eu aucun mal avec mon mètre 75,
à passer pour une jeune fille.
Je l'ai vue, affaiblie dans ce lit, elle m'a dit que jamais plu elle ne reviendrait à la SAvatte, qu'elle allait bientôt partir, et malgré mon envie de hurler mon chagrin,
j'ai trouvé la force de lui dire en souriant
que nous aurions d'autres moments heureux ensemble.

 

Mémère Pauline , cousine Danielle,
Serge notre cousin franco italien, moi,
en 1967.


 

Grand-père" Guste " qui se prénommait Raoul n'aimait pas trop les bébés car,
ça pleure souvent un petit ; j'avais su gagner sa sympathie en étant un
bébé que l'on n'entendait jamais, il est mort avant que j'ai pu avoir
des souvenirs de lui,
mais on m'a raconté qu'il était une force de la nature
et qu'il avait une voix.......
  que les copains de bistrot aimaient entendre un peu trop au gout de ma grand-mère,
les potes lui disaient: Allez!!!..., Guste encore
une petite chanson avant de partir!!'

 

Mon grand-père paternel à Sancerre chez sa fille Rolande .



 

Grand-mère Pauline , une femme d'une beauté remarquable
qui ne sortait pas de sa "Savatte"
sans avoir remis un peu d'ordre dans ses cheveux blancs tressés
et enroulés en un petit chignon
ni
sans avoir mis un vêtement de sortie
et surtout
sans avoir mis un peu de cette eau de cologne
qui sent encore si bon dans mes souvenirs,
c'est peut être d'elle que je tiens cette habitude de me parfumer???

 

Ma grand-mère Pauline avec sa plus jeune fille Elise vers 1925.

 

J'adorais ce petit bout de femme aux yeux d'un bleu profond que je  jalousais pour sa grâce, son intelligence son élégance et sa beauté.
Je me souviens quand nous allions chercher les pissenlits dans les prés inondés,
je n'osais avancer de peur de m'y noyer...
Pour le goûter,
elle avait la délicatesse de dessiner quelques traits sur le beurre des biscottes
"parce que c'était meilleur'' disait elle.
Je me souviens encore de ce matin estival
à mon réveil,
je suis sortie de la chambre pour aller la trouver sans succès,
je restais là sur le pas de la porte en plein soleil à me demander où elle était partie,
si elle avait pu m'abandonner,
s' il lui était arrivé quelque chose;
je restais là en plein soleil,
debout seule dans cette ferme isolée ne sachant que faire,
que penser et quand je l'ai vue revenir à travers champ "du piau" avec le ,pot de lait
en aluminium rempli du bon lait tout frais qu'elle rapportait pour mon petit déjeuner,
elle a de suite compris
en me voyant que j'avais eu peur, mes craintes se sont vite estompées.
A l'époque il n'y avait pas de réfrigérateur chez ma grand mère, on mettait les bouteilles à rafraichir dans le puits pour les trempées au vin et au lait
qui semblaient délicieusement plus fraiches que celles sorties du frigo,
et ses remèdes pour guérir des maux de ventre :elle me donnait une goutte de pastis dans un grand verre d'eau ,
l'hiver des pastilles "pulmoll" pour la toux.



A la Savatte en 1967, mes parents, Serge et sa mère Elise, moi, ma grand mere et cousine Danielle.

 

mes grands parents a "la savatte" avec maman.


 

Le souvenir de mes grands-parents,
que je voyais chaque semaine et pendant les vacances,
n'est sans doute pas étranger
à la joie qui m'envahit à chaque fois que je retourne dans mon village.
Il y a une quinzaine d'années,
j'ai décidé d'y acheter une grange pour m'y installer à ma convenance.
Bien ssûr ce village a changé:
les vieux sont partis , les jeunes l'ont depuis longtemps déserté
pour une vie plus facile en ville ,
mais
c'est un bonheur que de me retrouver dans mon village,
et j'ai hâte de pouvoir y aller
plus souvent

 



 

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 10 Mars 2011

 

Eloa et Olivier ont décidé d'officialiser-sans pour autant se marier-

leur union et je vous fais partager ces quelques instants de bonheur pris sur le vif

par Fabien (vidéaste professionnel).

une journée bien évidemment très agréable!!

mais avec ma' lolotte' toutes les journées sont agréables!!!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 10 Mars 2009





Le tablier de Grand'Mère...

Te souviens-tu du tablier de ta grand-mère ?


GrandmereLe principal usage du tablier de Grand'Mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau.


Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies. Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs, les poussins à réanimer, et parfois les oeufs fêlés qui finissaient dans le fourneau. Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides.


Et quand le temps était frais, Grand'Mère s'en emmitouflait les bras. Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois. C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine. Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes.


Après que les petits pois aient été récoltés venait le tour des choux. En fin de saison il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre. Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière...


A l'heure de servir le repas, Grand'Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes au champ savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table. Grand'Mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse, tandis que, de nos jours, sa petite fille la pose là pour décongeler.


Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses...


Texte récupéré sur Internet




Je n'ai plus de grand mère, l'une est partie en juillet 1969, l'autre voila 3 ans, mais je garde de ces deux femmes aussi différentes l'une de l'autre des souvenirs inoubliables.

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 16 Février 2009


Dans son numéro de Janvier, Le photographe, mensuel spécialisé , comme son nom l'indique dans la photographie,spécifie que bien que la photo soit très médiatisée, les photographes ont bien du mal à vivre de leurs photos.....
Je vous laisse découvrir le portrait d'une jeune photographe parisienne , pleine de talents qui promet...Il faut dire que la 'petite' se donne les moyens de réussir .





Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0

Publié le 27 Décembre 2008




Pour Raphaelle qui demandait des recettes de Noël...
ok mais sans photo......... une fausse manip et hop........... toutes les photos envolées!!!
il y avait:

saumon 'sauvage" car dans les rayons de carrefour je me suis laissée conter les aventures du saumon d'élevage par un réalisateur qui avait fait un documentaire sur les saumons en captivité et je n'ai pas voulu risquer ma santé avec tous les vaccins que ces pauv' bêtes ingurgitent.
Résultat: plus que meilleur que bon !!!(oui c'est une expression qui m'est propre).


Oie farcie aux pommes
avec une purée de céleri aux pommes truffées
pommes pallaisson( c'est un nom ronflant pour désigner des pommes de terre râpées rissolées dans un oeuf battu)
et des marrons

fromage

bûche mangue- ananas
chocolat blanc et noix de coco


Pour le
réveillon j'avais proposé du

foie gras sur pain" ourson"
Langouste
fromage
buche au chocolat




Le père noël m'a apporté une machine à faire les pâtes que je viens de tester , c'est plutôt facile à faire, maintenant il faut attendre de les cuire pour les déguster.




Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost0