Publié le 30 Janvier 2013

 

C'était une première pour moi de faire un boutis aussi petit et

de l'insérer dans une carte

 envoyée et reçue cette carte a plu à sa

destinataire :

Nicole

 

 

 

P1050372.JPG

 

 

le boutis est une technique de broderie dont une très belle définition se trouve ici

 

Du côté de la symbolique la cigale serait plutôt prêteuse car de tous temps et dans tous les pays elle a marqué l'imaginaire de l'homme.

Symbole d'Apollon, de la musique et de la poésie dans la Grèce antique, on la vénérait aussi  en Inde,  au Japon, en Corée. 

En Chine  elle était mise en cage pour l'écouter à volonté.

Symbole de l'immortalité dans le feng shui, elle peut également représenter l'insouciance sous la plume de Jean de Lafontaine.

 

 Symbole du couple luminosité- obscur elle représente pour moi le soleil provençal.

 

 

 

P1050373--Petit-.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #BOUTIS

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2013

Un dessert simple et rapide


 

tricots 0300 (Petit)

 

 

 

6 clémentines

2 œufs + 1 blanc

60 g de sucre

2 cs de fécule de maïs

 

Faire chauffer le four sur 200°C (th.6-7).

 Découper un chapeau dans les  clémentines

Retirer la chair en veillant à ne pas abîmer les coques , l'écraser

Dans un récipient, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre y ajouter la fécule de maïs et le jus des fruits.
Mettre la préparation dans une casserole.
Faire  épaissir sur feu doux sans cesser de remuer.

Pendant ce temps. batttre les blancs en neige ferme.

Laisser tiédir la crème
Ajouter  délicatement les blancs à la crème aux clémentines

 garnir les clémentines de cette crème  remettre le chapeau.

Enfourner dans un plat 16/18 mn.

Servir immédiatement pour avoir un beau soufflé

(pas comme moi!! on voit bien qu'elles sont retombées!!))

 

 

 

tricots-2095--Petit-.JPGtricots-3947--Petit-.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #RECETTES DE CUISINE

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2013

Un dessert inventé  avec les moyens du bord.

 

tricots-0343--Petit-.JPG

 j'ai fait pôcher des poires dans du vin rouge sucré  auquel j'ai ajouté des épices:

 cannelle, épices pour pain d'épices et quelques fleurs d'anis étoilé,

 

tricots-0344--Petit-.JPG

 

j'ai enrobé chaque poire

dans une pate brisée à défaut de feuilletée

j'ai enfourné dans le four préchauffé à 180°

une trentaine de minutes avec le vin

(le temps que la pâte cuise)

j'ai nappé de sauce .

 

 

tricots 0351 (Petit)-copie-1

Bonne journée !

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #RECETTES DE CUISINE

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2013

pho-0272--Petit-.JPG

 

 

Chez l'épicier:

 

50g de beurre

1/2 c à café de sel

75g de sucre en poudre

2oeufs + un jaune pour la dorure (j'ai pris du café)

125g de farine

25g d'amandes en poudre

 

 En cuisine:

On laisse ramollir le beurre à température ambiante

puis on me travaille avec le sel à la spatule on y ajoute le sucre en tournant sans cesse.

 On y incorpore les oeufs l'un après l'autre.

Quand la préparation est bien homogène on y ajoute la farine en une seule fois en mélangeant rapidement .

 

Préchauffer le four à 180°(therm6)

On abaisse la pâte sur 3mm d'épaisseur puis on découpe des des biscuits ronds .

On les pose sur la plaque du four beurrée ou sur celle ci recouverte de papier sulfurisé, on dore les biscuits avant de tracer des rayures  en biais à la fourchette; on saupoudre sur chaque gâteau des amandes en poudre avant d'enfourner pour une dizaine de minutes.

 

 

Ces petits gâteaux se conservent très bien dans une boite métallique.

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #RECETTES DE CUISINE

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2013

 Mon châle  a beaucoup plu à ma maman, de plus, à ma grande surprise il ne la pique pas.

 

C'est donc avec  un nouveau projet que je commence  la nouvelle année  Kal tricot dentelle organisé par Nicole

Un challenge pour cet été... vais je avoir le temps de terminer???

c'est assez long mais si je m'y tiens je pense que c'est jouable....  une pelote par semaine ça serait parfait.

C'est une robe tunique,  modèle pris dans un magasine 'Anna',

 

Couleur du fil: blanche.

j'ai prévu de le faire un peu plus long que le modèle qu' il me faudra adapter aussi pour la taille car les explications  sont uniquement données pour 34/36 et 38/40.( vais je arriver à adapter à ma taille??...)

 

FORMULE_0001--Petit-.jpg

Bonne journée à vous .

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #tricot dentelle

Repost 0

Publié le 11 Janvier 2013

Faciles et rapides à réaliser, les madeleines sont des incontournables petits gâteaux à pâte molle

 en forme de coquillage, inventées par Madeleine Paulmier, cuisinière .

pho 0274 (Petit) 

 

Pour une douzaine de madeleines il vous faudra compter 10mn de préparation et 15 de cuisson

 

  pho 0273 (Petit)

 

    

 

  l'épicier:

100g de farine

3g de levure chimique

100g de beurre + un peu pour la plaque

1/4 de citron non traité

2 oeufs

120g de sucre en poudre

 

 

 

En cuisine:

On tamise la farine avec la levure , on fait fondre le beurre et on le laisse refroidir

On hache le 1/4 du zeste de citron

On casse les oeufs puis on verse le sucre par dessus. On fouette bien pour faire pousser et n ajoute le mélange farine-levure en pluie puis le beurre et le citron râpé sans cesser de tourner.

On  afit chauffer le four à 220° (therm 7-8)

 

On beurre légèrement la plaque à madeleines et on remplit de pâte seulement aux 2/3.

 On enfourne pendant 5mn à 220° pour baisser la température à 200° (therm 6-7)

on laisse cuire une dizaine de minutes.

On démoule tiède et on laisse refroidir.

 

 

je vous laisse découvrir une belle planète:saturne

saturne-2--Petit-.jpg(source net) 

  94% d’hydrogène et de 5% d’hélium et le reste en ammoniaque

Découverte de saturne

Saturne est visible à l’oeil nu et est la plus lointaine des planetes connues depuis l’antiquité. En 1610 Galilée l’observe à l’aide de lunette et y voit une étrange forme qui lui fait penser à un étirement de la planete des deux cotés. Il faudra attendre 1654 pour que Christian Huygens trouve une réponse logique: cette “bizarrerie” ne sont autre que des anneaux. Un peu plus tard, Jean Dominique Cassini va découvrir une région vide sur l’anneau de saturne et elle d’ailleurs elle sera appelé plus tard “division de Cassini”. Kepler va en 1868 prouver que ce sont plusieurs anneaux qui constituer l’anneau principal de saturne. L’anneau E sera découvert par Pionner.

Fiche de saturne

  • - Rayon : 60 268 km
  • - Masse : 568,51 - 1027 g
  • - Densité : 0,69 g/cm3
  • - Distance minimale du Soleil : 1 347 000 000 km
  • - Distance moyenne du Soleil : 1 426 725 400 km
  • - Distance maximale du Soleil : 1 507 000 000 km
  • - Nombre de satellites : 46
  • - Pesanteur (1 = Terre) : 0,91
  • - Gravitation : 8,96 m/sec²
  • - Rotation de saturne: 10,23 h
  • - Révolution : 29 ans 167 jours
  • - Vitesse orbitale : 9,67 km/s
  • - Vitesse de libération : 35,49 km/s
  • - Température moyenne de saturne : -139°C
  • - Magnitude : autour de 0,2
  • - Inclinaison de l'équateur sur le plan orbitale : 26,73°
  • - Inclinaison de l'orbite sur le plan de l'écliptique : 2,48446°
  • - Excentricité : 0,05415060
  • - Temps minimum mis par la lumière pour nous parvenir : 1H20
  • - Saturne est visible à l'oeil nu.
  • - Composition de l'atmosphère de saturne: 94% d’Hydrogène, 5% d’Hélium et 1% d’autres.

Anneaux de saturne

C’est à environ 140000 km de saturne que se trouve les anneaux de saturne. Sur les 300000 km de diamètre on compte à peine 400 mètres d’épaisseur sur les anneaux de cette planete. Ce n’est pas 1, 2 ou 3 anneaux qui compose saturne mais 7 ! Il y a l’anneau D, C, B suivit d’un espace appelé “division de Cassini” puis les les anneaux A, E, F et G plus minces de saturne. Ces derniers sont constitués de roche de 10 mètres de diamètre en moyenne espacés de 100 mètres les uns des autres.

Observation de saturne

Saturne n’est pas simple à repérer malgré sa grande taille. Quand on veut l’observer il faut ruser et procéder par élimination. Il faut trouver en premier lieu les étoiles qui ne scintillent pas et ensuite enlever de ce groupe celle qui est rouge car il s’agit de la planete mars. De même il faut écarter Jupiter qui est très brillante en pleine nuit. Ensuite celle qui est brillante et qui se lève tôt (ou couche tôt) est Vénus. Il ne reste donc plus que Saturne! Ce qui est beau à observer est la disparition des anneaux de Saturne qui a lieu tous les 15 ans (en fait ils sont juste plus fin à l’oeil) en raison de leur inclinaison par rapport au plan orbital de Saturne. Le phénomène se reproduira en 2025 ! Soyez donc prêt à observer saturne dans notre merveilleux systeme solaire ! ;)

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #RECETTES DE CUISINE

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2013

 

FORMULE--Petit-.jpg

Premier KAL  de la nouvelle année.

Toujours organisé par Nicole,

chez qui vous pouvez , comme toujours , aller admirer les ouvrages terminés ou en cours des participantes.

Mon napperon (il n'y a rien à faire je le trouve trop serré!!),  il n'est pas encore

bloqué , plus excatement je l'avais bloqué mais sans résultat  satisfaisant

  aussi je l'ai relavé et aujourd'hui je vous le présente séché repassé  uniquement;

j'ai comme la facheuse impression que je n'arriverai pas à le bloquer mieux que ce que vous voyez

 je le trouve tricoté trop serré par rapport au modèle..... j'ai eu l'avis expérimenté de Nicole et Pierrette qui le trouve normal, aussi je pense que

c'est moi qui ne suis pas douée pour le blocage??...

  il gondole et ne ressemble pas au modèle... je vais essayer de faire pour le mieux en

le re- bloquant, on verra bien.

 

pho-0269--Petit-.JPGpho-0270--Petit-.JPG

 

Le prochain défi sera celui-ci trouvé sur' ANNA' n° 17 de Mars 2009

 

 

FORMULE 0001 (Petit)

 

Dans un plateau il sera parfait: reste à trouver le plateau à la dimension ,

je vais donc pour ce napperon prendre le même coton que le modèle

il me faut donc du coton ANCHOR artiste Mercer crochet N100.

 

En regardant de plus près les explications pour commander le coton je m'aperçois qu'il faut du coton ANCHOR artiste Mercer crochet N100.

 

 pour le modèle du napperon rond il faut du coton n°10

 

le n° 100 est une erreur??? je n'ai pas vu ce numero dans le catalogue du fournissuer mais comme je ne connais pas les cotons à crocheter je ne peux savoir si ce chiffre existe ou pas...

 


 BON TRICOT


 

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #TA

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2013

Une excellente recette de galette pour l'épiphanie:

 

photo-0267--Petit-.JPG

 

chez l'épicier:


pour la pâte feuilletée: 

200g de beurre

250g de farine tamisée

1 pincée de sel fin

10cl d'eau froide environ

1 oeuf ou du café

1 fève

 

crème frangipane:

80g de beurre

80g de sucre glace

100g de poudre d'amandes

 

en cusine

 

la pâte feuilletée:

 

la pâte feuilletée demande une préparation un peu longue.

 

Dans un verre verser l'eau froide, ajouter le sel et le laisser dissoudre. Dans une petite casserole faire fondre 30g de  beurre

Dans un saladier mettre la farine tamisée et faire un puits au milieu

Verser en premier l'eau salée puis le beurre.

Délayer progressivement avec une spatule en bois puis à la main.

Travailler cette pâte rapidement.

Rassembler la détrempe en boule, l'envelopper dans un film alimentaire et laisser 2h au réfrigérateur.

 

Placer le reste du beurre mou entre 2 feuilles de film alimentaire, l'étaler au rouleau en un carré de 1 cm d'épaisseur.

 

 

Fariner le plan de travail et étaler la détrempe au rouleau à pâtisserie sur une épaisseur de 2 cm environ en un carré aux angles bien droits.

Poser le beurre en travers au centre, replier chaque coin de la détrempe sur le beurre comme une enveloppe de façon à obtenir un pâton' carré. Étaler ce pâton en un rectangle 3 fois plus long que large.

 

Replier la pâte en 3 pour former un carré : le 1° tour est donné.

 

Laisser reposer la pâte pendant 2h au réfrigérateur dans un film alimentaire.

 

Faire ensuite pivoter la pâte d'un quart de tour et l'étaler en un rectangle de même taille que pour le tour précédent : replier à nouveau en 3 : le 2° tour est fait.

Laisser à nouveau au réfrigérateur au moins 1h.

 

Procéder de la même façon en faisant 2 tours à la suite mais en laissant au frais 2h,

jusqu'à avoir 6 tours ( je n'ai fait que 3 tours)


photo-0259--Petit--copie-1.JPG

 

Crème frangipane:

   

Couper le beurre en petits morceaux.

Casser l'oeuf dans un saladier, ajouter le beurre, le sucre et fouetter à la main pour obtenir une crème lisse.

Incorporer  les amandes en poudre et mélanger à nouveau.

 

 Montage de la galette:

 

Couper la pâte en 2 et étaler, chaque morceau en disque

  j'ai vu des galettes carrées très originales !!

Poser un disque sur la plaque du four préalablement humidifiée.

Battre l'oeuf, badigeonner le pourtour à l'aide d'un pinceau, étaler la crème frangipane, ajouter la fève et recouvrir avec l'autre disque en soudant bien les bords .

Avec un petit couteau pointu faire les dessins.

Laisser reposer 30mn au réfrigérateur.

 

Badigeonner la pâte avec le jaune d'oeuf battu ou un peu de café

(ce que fait ma maman pour ne pas gaspiller un oeuf)

 

Enfourner dans un four chauffé à 200° (ther6/7) pendant 40mn environ.

 

 

photo-0265--Petit-.JPGphoto-0260--Petit-.JPG

 

 

 


 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #RECETTES DE CUISINE

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2013

 Un plat délicat et subtil en bouche



recttes 0234

(dans mes projets de cette année: la photo culinaire!!!) 


ingredients

  • 3 langoustes (une demi par personne )
  • 5 étoiles de badiane ( autrement dit anis étoilé),
  • 30 cl de crème liquide,
  • 30 cl de crème épaisse
  • 3 oignons frais ( pour l'accompagnement  si on fait des carottes)
  • carottes à la thaïlandaise surgelées
  • 5 cuil. à soupe d’huile d’olive,
  • fleur de sel,
  • poivre du moulin.

 

   en cuisine
 

Faire  chauffer la crème  épaisse dans une casserole avec la crème liquide.

hors du feu, ajoutez les étoiles de badiane et laissez infuser 20 min.

Préchauffez le gril du four. Coupez les langoustes  en 2, les déposer sur une lèchefrite, saler, poivrer , arroser avec 3 cuil. à soupe d’huile d’olive.

 

Filtrer la crème infusée, saler, poivrer, la remettre sur feu doux.

Enfourner les langoustes sous le gril du four et laisser cuire 10 à 12 min. jusqu’à ce qu’elles commencent à dorer.

Pendant ce temps, fouetter vivement la crème infusée sur feu doux afin de la faire mousser généreusement.

Eplucher  et ciseler les oignons frais en réservant le vert des tiges.

Dans une sauteuse, faire revenir les blancs d’oignons avec 2 cuil. à soupe d’huile d’olive, ajouter les carottes et faire  poêler le tout pendant

5 à 10 min pour qu’elles soient bien chaudes.

Quand tout est prêt

déposer un peu de mousse bien chaude dans le fond de 6 assiettes creuses, répartir autour les carottes et déposer au centre une demi-langouste .

Parsemer de vert d’oignon ciselé, saler, poivrer .

Voir les commentaires

Rédigé par ghislaine

Publié dans #RECETTES DE CUISINE

Repost 0

Publié le 1 Janvier 2013


 

Voila  mon village,
au fond on y aperçoit les collines de Pougues les eaux.La route qui continue l'ilot central
en direction de Pougues nous conduit a Nevers,
et sur la gauche on aperçoit un dernier grand bâtiment perpendiculaire a la route ,
c'est la grange.
Quant a la maison de mes parents, il faut se positionner à coté de la grange et entrer dans le village, donc du fond de la carte, suivre la route jusqu'à l'intersection et on arrive juste en face de la maison familiale.



un" quartier" porte notre nom dans ma petite commune
qui a bercé plusieurs générations.

 

La maison familiale avec mémé .




grands parents paternels avec leurs 2 premiers enfants, Maurice et mon père a droite dans les années 34/35 .





 

le 22 octobre 1955 mariage de mes parents.

 

Et oui c'est moi !!!
sur la Vespa de papa qui travaillait a
L' ACMA Fourchambault comme essayeur.


 

un des derniers anniversaire de mémé.

Elle était heureuse d'avoir un cadeau!!




 

En 86 pépé avec ELOA.

 

en 87 avec ELO.


 

pépé et mon père.

 

Mon père conduit le cheval suivi par son père tandis que Jean François le petit dernier se tient sur la charrette.

 



 

C 'est un petit village posé confidentiellement dans la campagne berrichonne du Cher.
On y est à une bonne vingtaine de km de NEVERS, ville qui m'accueillit pendant mon enfance et mon adolescence.
J'en suis partie en 72 pour Paris,  heureuse mais en même temps le cœur gros
car j'y laissais tous mes  souvenirs .
Je n'ai jamais abandonné cette région qui a bercé plusieurs générations familiales aussi bien
maternelles et paternelles.
Une bonne partie de ma famille est restée sur place.
Coucou Jean Paul, Françoise, Maga, Rolande, Nathalie,Manon, tonton Raymond, tata Raymonde ainsi que tous les autres que je n'oublie pas.
Avant je connaissais tout le monde dans mon village
 mais c'etait AVANT!!
pépé avec sa 'cibiche' de tabac gris roulée dans du papier 'job'.
 

 

Mon grand -père paternel était "garde champêtre", il y a bien longtemps car il aurait 105 ans aujourd'hui, et tandis qu'il s'amusait un jour à me demander si je connaissais la signification des 2 lettres brodées sur le devant de sa casquette "GC",
ma grand-mère en guise de mécontentement a haussé les épaules . Du haut de mes 8 ans , je lui signifie que je n'en avais aucune idée, et c'est tout bas qu'il me confie en souriant, car il avait de l'humour mon pépé; ça veut dire: "Grand Con" on a bien ri tous les 2.
je l'ai souvent suivi mon grand-père, quand j' étais en vacances.
Un jour j'étais allée le retrouver alors qu'il travaillait à empierrer un chemin de terre
avec Camille pris en renfort pour la besogne,
je les ai aidés et après il m'appelait parfois gentiment avec un air complice "le commis".
Il se plaisait à surnommer chacun, chacune
c' est ainsi que je faisais la différence entre " galope pernod", et "galope chopine",
la Milienne la femme de Milien,
ou encore Mamane que je croise plusieurs fois par jour quand j'y vais mais lui ne sait pas que mon grand-père le surnommait ainsi et que pour moi son surnom est resté , Panette etc...

Mais le surnom qui me plaisait le plus était "la biganette",
je ne sais pas ce que signifiait ce surnom
mais il collait bien à celle qui se prénommait Lucie,
une vieille femme ridée,
que je soupçonnais avoir été fort belle dans sa jeunesse et qui avait une poigne .....
une fermière, une vraie, qui avait maille à partir avec ses hommes
qui buvaient à la ferme.................
elle, qui avait, il y a 28 ans, en croyant que c'était ma fille, frotté un oeuf de poule tout frais pondu,
dans le creux de la minuscule main de ma cousine Emilie,
en me certifiant que ça lui porterait bonheur.
J'aimais aller voir cette vieille femme,
j'aimais pousser cette lourde porte qui laissait découvrir une grande pièce à vivre avec la table de ferme,
ses bancs qui étaient une invitation à s'asseoir,
une comtoise qui rappelait à l'ordre parfois,
le poêle à bois qui chauffait la maisonnée pendant nos hivers rudes,
la maie de laquelle la Biganette" sortait une miche de pain que ma grand mère m'envoyait chercher en dépannage, quand il en manquait à la boulangerie.
Derrière, dans la pièce fraiche étaient entreposées les denrées alimentaires dont les œufs tous frais que je venais chercher souvent .

 

Quand l'occasion se présentait, en cachette de ma grand mère, enfin je ne sais plus très bien si on lui disait après ou pas du tout? car la première fois elle était outrée.... j'allais retrouver mon grand-père au cimetière quand il faisait les relevés de tombes.
 

 

mémé au jardin.

 

Ce que j'aime au travers des gens de la campagne c'est cette approche de la vie telle qu'elle est, sans se poser mille et une questions et encore une autre
pour savoir si ça va vous traumatiser ou pas .....
la vie est une succession d'évènements qu'il faut prendre tels qu'ils arrivent, et je crois que mes grands-parents avaient cette philososphie de la vie
et je les trouvais rassurants.
Bon,
revenons à Pépé, je le regardais descendre dans la tombe et me raconter la vie de ces ossements,
je me souviens d'une petite fille morte du "croupe"
comme il disait, elle devait avoir 4 ans , elle avait été enterrée avec une peluche . Ce qui me fascinait c'était les bijoux en or qu'il ressortait, intact.... j'aurais aimé qu'il ne les remette pas à la famille et me les donne, mais je n'aurais jamais osé lui demander, et, quand bien même je m'y serais hasardée , je me heurtais à un refus catégorique, c'était certain.

 

Il n'y avait jamais personne dans ces moments là,
mais un jour j'y ai trouvé Max.
Max était un de ces types que l'on dirait simple d'esprit, il a voulu à tout prix me lire les lignes de la main , moi qui avais 14/15 ans ,
seules les lignes de chance et d'amour m'intéressaient,
j'avais un amoureux et j'aurai aimé savoir si j'allais, selon mon souhait le garder toute ma vie ... J'ai uniquement retenu que je mourrais vers 73 -74 ans et que vers 40 ans j'aurai une grave maladie.................................peut être pas si fou que ça.......... MAX finalement.
Mais pour ce qui est de l' âge de ma mort,
c'était sans compter , bien sûr, sur les énormes progrès de la médecine.
 

 


 

 

Il avait des lapins, mon pépé, qu'il tuait sous mes yeux, d'un coup.......... du lapin,
ça me faisait mal pour le pauvre petit lapin que j'avais regardé sauté, tournoyé dans le clapier mais pour me rassurer je me disais qu' après tout je n'y pouvais rien et grand-mère le cuisinait si bien ....
Il m'amusait beaucoup quand
tout heureux,
il nous annonçait la naissance d'une nouvelle portée, d'un ton quasi solennel:
........."ça y est, je suis grand père!"....
c'est dire s'il les aimait ses lapins, mais ça n'est pas pour autant que je considérais que j'avais enfin des frères et sœurs que j'aurais tant aimer avoir,
et ma grand mère se contentait, comme souvent en guise de mécontentement en levant les yeux au ciel....d'un haussement d'épaules.
Ma grande interrogation à ce moment précis, avant que je comprenne que c'était de l'humour,était de savoir s'il me considérait ni plus ni moins comme ces petites bêtes.............



 

"Une oie" parmi les dindes ..................
c'est moi à Vauvrille,
une ferme que mon grand -père et moi
rejoignions à vélo
pour
y ramener le fromage blanc
dans le bocal

.


 

Et nos folles virées à vélo pour aller chercher le fromage blanc dans les fermes,
ou le poulet
qui ferait office de dinde pour Noël.
Quand il y avait trop de neige pour prendre le vélo on devait y aller à " pinces"....

 

mon 2° mini vélo.

 

Mon pépé disait ''va voir ta m'man'' en parlant de ma grand mère,
et il se reprenait en disant :" t'es ben un peu nout' fille!"
et ma mémé d'acquiescer,
j'adorais ces instants chargés d'émotion.
Que de bons souvenirs avec ces grands- parents là.




 

mes grands-parents maternels a la Savatte, une ferme isolée à 1KM .

 

Il y avait les parents de maman dans le même village.
Quand j'ai su que mémère Pauline était gravement malade et que
jamais plus je ne la reverrai chez elle,
j'ai voulu transgresser les règles
qui interdisaient les visites aux malades, aux enfants de moins de 15 ans dans les hôpitaux; j'avais 13 ans et je n'ai eu aucun mal avec mon mètre 75,
à passer pour une jeune fille.
Je l'ai vue, affaiblie dans ce lit, elle m'a dit que jamais plu elle ne reviendrait à la SAvatte, qu'elle allait bientôt partir, et malgré mon envie de hurler mon chagrin,
j'ai trouvé la force de lui dire en souriant
que nous aurions d'autres moments heureux ensemble.

 

Mémère Pauline , cousine Danielle,
Serge notre cousin franco italien, moi,
en 1967.


 

Grand-père" Guste " qui se prénommait Raoul n'aimait pas trop les bébés car,
ça pleure souvent un petit ; j'avais su gagner sa sympathie en étant un
bébé que l'on n'entendait jamais, il est mort avant que j'ai pu avoir
des souvenirs de lui,
mais on m'a raconté qu'il était une force de la nature
et qu'il avait une voix.......
  que les copains de bistrot aimaient entendre un peu trop au gout de ma grand-mère,
les potes lui disaient: Allez!!!..., Guste encore
une petite chanson avant de partir!!'

 

Mon grand-père paternel à Sancerre chez sa fille Rolande .



 

Grand-mère Pauline , une femme d'une beauté remarquable
qui ne sortait pas de sa "Savatte"
sans avoir remis un peu d'ordre dans ses cheveux blancs tressés
et enroulés en un petit chignon
ni
sans avoir mis un vêtement de sortie
et surtout
sans avoir mis un peu de cette eau de cologne
qui sent encore si bon dans mes souvenirs,
c'est peut être d'elle que je tiens cette habitude de me parfumer???

 

Ma grand-mère Pauline avec sa plus jeune fille Elise vers 1925.

 

J'adorais ce petit bout de femme aux yeux d'un bleu profond que je  jalousais pour sa grâce, son intelligence son élégance et sa beauté.
Je me souviens quand nous allions chercher les pissenlits dans les prés inondés,
je n'osais avancer de peur de m'y noyer...
Pour le goûter,
elle avait la délicatesse de dessiner quelques traits sur le beurre des biscottes
"parce que c'était meilleur'' disait elle.
Je me souviens encore de ce matin estival
à mon réveil,
je suis sortie de la chambre pour aller la trouver sans succès,
je restais là sur le pas de la porte en plein soleil à me demander où elle était partie,
si elle avait pu m'abandonner,
s' il lui était arrivé quelque chose;
je restais là en plein soleil,
debout seule dans cette ferme isolée ne sachant que faire,
que penser et quand je l'ai vue revenir à travers champ "du piau" avec le ,pot de lait
en aluminium rempli du bon lait tout frais qu'elle rapportait pour mon petit déjeuner,
elle a de suite compris
en me voyant que j'avais eu peur, mes craintes se sont vite estompées.
A l'époque il n'y avait pas de réfrigérateur chez ma grand mère, on mettait les bouteilles à rafraichir dans le puits pour les trempées au vin et au lait
qui semblaient délicieusement plus fraiches que celles sorties du frigo,
et ses remèdes pour guérir des maux de ventre :elle me donnait une goutte de pastis dans un grand verre d'eau ,
l'hiver des pastilles "pulmoll" pour la toux.



A la Savatte en 1967, mes parents, Serge et sa mère Elise, moi, ma grand mere et cousine Danielle.

 

mes grands parents a "la savatte" avec maman.


 

Le souvenir de mes grands-parents,
que je voyais chaque semaine et pendant les vacances,
n'est sans doute pas étranger
à la joie qui m'envahit à chaque fois que je retourne dans mon village.
Il y a une quinzaine d'années,
j'ai décidé d'y acheter une grange pour m'y installer à ma convenance.
Bien ssûr ce village a changé:
les vieux sont partis , les jeunes l'ont depuis longtemps déserté
pour une vie plus facile en ville ,
mais
c'est un bonheur que de me retrouver dans mon village,
et j'ai hâte de pouvoir y aller
plus souvent

 



 

Voir les commentaires

Rédigé par Ghislaine

Publié dans #FAMILLE

Repost 0